21 octobre 2009

Restropective Peter Klasen

Je ne connaissais pas Peter Klasen. Même pas de nom. Et bien heureusement klasen_affiche que quelques bonnes âmes sont là pour me faire découvrir des artistes d’exception.

La rétrospective est super bien faite. Elle est classique par le fait qu’elle est réalisée dans l’ordre chronologique, mais l’agencement de l’espace est juste géniale et met super bien en évidence son travail et sa progression dans les différents thèmes.

D’inspiration très pop art (Ed Ruscha pour les couleurs, James Rosenquist pour l’esprit collage, Mel Ramos pour la relation au corps et l’utilisation du corps féminin), la première partie, Figuration narrative, est sympa mais pas transcendante (à mes humbles yeux, bien entendu !).

Pour ma part, le déclic a eu lieu avec l’hommage à Marcel Duchamp et son bidet, et surtout l’utilisation des néons qui apparaissent dans les Tableaux Binaires. C’est ce qui me plait dans l’art. Le moment où l’artiste mono support fait entrer des éléments extérieurs et devient un plasticien à part entière.

J’ai commencé à rentrer de plus en plus dans l’univers de l’artiste, avec la série Enfermements qui est « un travail sur la mémoire. La conscience de l’Holocauste. Une métaphore sur le thème de la non communication ». J’aime l’idée de prendre une partie pour raconter un tout. Comment une bâche sur un derrière de wagon de train peut signifier plus que ce que l’œil perçoit au premier abord. Ces œuvres m’ont fait frissonner et un lien s’est établi entre l’univers de Peter Klasen et moi.

g_peterklasen_02Cela a été encore plus renforcé par la découverte de Shock Cordidor / Dead End, qui est en fait une œuvre dont laquelle le spectateur tient un rôle puisqu’il doit rentrer dans un espace fermé pour découvrir la réflexion de Peter Klasen sur l’univers psychiatrique. Cette mise en scène m’a fascinée. J’aime beaucoup l’idée de participer à une œuvre, et ceux surtout depuis que j’ai eu la chance de « visiter » Dump, l’œuvre phénoménale de Daniel Büchel, que l’on pouvait découvrir l’année dernière au Palais de Tokyo pendant l’exposition Superdome.


La partie sur le Mur de Berlin m’a aussi beaucoup touchée. berlinTout d’abord parce que tout ce qui a un rapport avec l’Allemagne (et en particulier l’art) m’intéresse, mais encore plus car là nous touchons à une part de l’histoire très forte, le mur de Berlin, « monument » rempli de symbolisme et d’idéologie. Si j’avais été (très) riche, j’aurais tout fait pour acheter une des œuvres de cet univers. Peut-être l’immense tableau Macht. Ou alors Enola Gay.

enola_gay

La partie Life is Beautiful, par le développement des nouvelles techniques, mais toujours cette ambition de sortir du mono support en rajoutant des néants et autre m’a beaucoup plus. Sur une œuvre dont le nom m’échappe, on voit un bras sortir d’une couverture qui est réelle (pas dessinée, une vraie couverture !). La tentation de tirer dessus pour voir qui se cache en dessous est très forte.

La rétrospective s’achève sur la Colonie Pénitentiaire, œuvre pour laquelle Peter Klasen nous livre sa vision de la nouvelle de Kafka du même nom. Derrière un mur épais, se cache DSC00078une œuvre mécanique au bruit infernal, entre les bruits réguliers des machines d’une usine et le crissement aigu des violons dans Psychose d’Hitchock. L’œuvre fait froid dans le dos. On hésite à aller la voir. Surtout lorsque l’on lit le texte de Kafka qui précède la découverte de la machine infernale qui nous perce les tympans, puisque celle-ci résonne à travers tout le rez de chaussée du Tri Postal.

« Cette poulie qui est en moi. Une petite dent avance, quelque part dans un endroit caché, on le sait à peine au premier moment et déjà tout l’appareil est en branle. Soumis à une puissance inconcevable, tout comme la montre qui paraît soumise au temps, il fait entendre des craquements ça et là ; et l’une après l’autre, toutes les chaînes descendent avec un bruit de ferraille le bout du chemin qui leur est prescrit. » Kafka, 1913.

Le petit fascicule donné au début de l’exposition synthétise très bien l’œuvre : « La nouvelle met en histoire cette vision de cauchemar. Elle raconte de manière prémonitoire, l’histoire d’une exécution, au moyen d’une machine à tuer proprement infernale, qui marque les corps au moyen d’aiguilles, comme seront plus tard marqués les juifs dans les camps ». Pour Klasen, Kafka utlise « un langage bureaucratique qui sera celui des SS, comme une sorte de prémonition insupportable. Là, on est dans l’effroi de ce que nous connaissons des camps. »

DSC00077

Une vidéo très courte (et pas terrible pour la qualité) de ce qui se cache derrière le mur.

Colonie Penitencière - Vidéo

En conclusion, un très grand artiste, dont j’ai adoré découvrir les œuvres.

Le Tri Postal Avenue Willy Brandt - Lille Du mercredi au samedi de 14h à 19h / le dimanche de 10h à 19h Tarifs : 3€ // 5€. Jusqu'au 29 novembre !

Posté par Chickchickpea à 08:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Restropective Peter Klasen

    il y a quelques années j'ete allée voir Wang Du au palais de tokyo ! et j'avais adorée une de ses oeuvres justement parce que le visiteur faisait partie de l'oeuvre ! On devait grimper dans un grand tube semblable a un tube digestif rempli de télés et tu étais expulsé de la par un tobbogan comme des sels ... génial !
    en tout cas ton article me donne envie de refaire des expos ... c'est vrai que depuis que je travaille, j'ai fait beaucoup de musée "classique" et vu beaucoup moins de chose contemporaine ...

    en tout cas ca m'a fait plaisir de faire ta connaissance ^^

    bisous

    Posté par Julie, 23 octobre 2009 à 13:30 | | Répondre
  • peur panique au Tri Postal > l'expo est vraiment prenante surtout l'interprétation de la nouvelle de Kafka (sans les images et rien qu'avec le son j'en tremble encore)

    Peter Klasen mon presque nouveau amoureux contemporrain

    > un post sur P.K. soon sur mon blog

    Posté par Mi, 14 novembre 2009 à 19:31 | | Répondre
Nouveau commentaire