12 juin 2009

William Eggleston, Paris, Fondation Cartier

Pendant longtemps, j’ai considéré la Fondation Cartier comme le meilleur endroit pour découvrir des artistes que j’allais vraiment adorer. J’avais raté, en 2005 je crois, l’exposition de l’un de mes artistes préférés, Ron Mueck, et j’avais vraiment eu le sentiment de louper un truc extraordinaire. J’avais lu plusieurs articles sur lui, et les images de ces personnages en silicone me parlaient vraiment, j’aurais adoré les voir en vrai. Hélas, problème de trésorerie à l’époque, je n’étais pas montée sur Paris pour voir l’expo. Mais du coup, c’est vraiment devenu l’une des étapes de chacun de mes voyages sur la capitale. Depuis 2006 et l’expo Tabaïmo (génialissime), j’ai tout vu sauf celle de Patti Smith. Aujourd’hui sur Paris, depuis un peu moins d’un an, la Fondation Cartier reste l’un de mes endroits préférés, mais j’ai découvert pleins d’autres lieux de culture où j’adore aller quelque soit le programme comme le Palais de Tokyo, la MEP, le Jeu de Paume… C’est vraiment cool Paris pour la culture…

9782869250840FS

Ce qui est marrant, c’est que la première fois que je suis allée à la Fondation Cartier, en 2000 je crois, c’était justement pour aller voir une expo qui s’appelait Désert, réalisée par… William Eggleston ! Cette fois, pas du tout la même ambiance puisque le thème, c’est Paris… bien que cela pourrait être n’importe où dans le monde. W.E. a choisi choisi de ne pas nous faire un roadtrip autour de Paris, mais de saisir seulement des détails qui lui sont importants, avec un superbe travail sur la couleur. Au début, on est surpris, c’est bête, mais le fait d’avoir vu l’expo sur HCB, je m’attendais à un travail similaire… hahaha, bien loin du compte en fait !

La mise en scène est vraiment intéressante (la petite salle d’accueil, avec les gros fauteuils et le piano, est vraiment sympa), les photos développées en 15X20 semblent au début petites (en comparaison avec les autres expos photos où il y a plus d’agrandissements), mais en fait ça donne une atmosphère intéressante, et bien ciblée sur l’idée du détail   L’idée de mixer également avec les dessins de l’artiste est intéressante, même si j’ai vraiment plus accroché avec les photos. W.E. fait un travail très moderne, et ça doit être super marrant de croiser un vieux monsieur de 80 ans dans la rue, de le rencontrer, avec son appareil photo, et de le voir prendre en photo un morceau de banc, des tissus… à moins de 50cm.

Ça m’a rappelé les photos d’un pote, qui lui prend aussi beaucoup de détails en photo. C’est marrant je pense qu’il a seulement un numérique classique, mais bizarrement, c’est vraiment propre et sympa ce qu’il fait. Très spontané. Comme W.E., en fait.

William Eggleston - Paris
jusqu’au 21 juin 2009
Fondation Cartier
261, Boulevard Raspail
75014 Paris
Tous les jours, sauf le lundi, de 11h à 20h
Nocturne le mardi jusqu´à 22h

P1020504_c8981P1020505_ea36dP1020518_09b4a

Les photos sont la propriété de la MJC (http://www.lamjc.com/)

PS : hier je suis allée faire un tour à l'apéro LEXPRESS.fr Styles au Limelight dans le cadre de l'événement Under le Louvre au et j'ai rencontré quelqu'un dont j'aime beaucoup le travail : Géraldine Dormoy. Cette fille impose son style et sa façon de penser. Son blog est vraiment une réussite, et ses articles dans l'Express Style où elle travaille désormais sont vraiment pertinents. En plus, elle est sympa et a pris quelques minutes pour discuter avec moi, ce que j'ai trouvé adorable. http://blogs.lexpress.fr/cafe-mode/



Commentaires sur William Eggleston, Paris, Fondation Cartier

Nouveau commentaire