26 avril 2009

Les 3 P : Petits Fours, Pluie et Printemps de Bourges

printempsdebourges


Waaaaaaaaaaaahhhhhhh, je reviens d’un petit week-end bien sympathique à Bourges, où je suis allée (pour la première fois) m’en mettre pleins les oreilles au Printemps ! Ça y est, le coup de sifflet est lancé pour le début des festivals et ça, c’est vraiment cool. Normalement, je commence mon petit tour par Garorock à Marmande, mais aujourd’hui, fini les dodos en voiture, j’ai été reçue dans l’équivalent d’un 4 étoiles. Eh oui, je vieillis, et j’ai surtout l’immense chance d’avoir des amis formidables dont les parents vivent à Bourges et ont un sens de l’accueil des plus über agréables, d’où les Petits fours :) (et encore ce n’était qu’une toute petite part du merveilleux accueil que j'ai reçu !).

La Pluie a été un élément important de cette saison, puisque nous avons tous FAILLI mourir d’une pneumonie (pour cause, un parapluie pour cinq, c’est assez léger). On nous avait averti, mais nous, on a voulu faire nos durs avec nos sweats à capuches qu’on était tous fiers d’avoir ressorti du placard pour l’occasion (adolescence, quand tu nous tiens). Heureusement on s’est réchauffé autour d’un cocktail dès 18.30. 6€ le cocktail Gémeaux curaçao-malibu-vodka. C’est le genre de trucs qui vous font remettre en question le choix de Paris comme lieu de résidence  (moi alcoolique radine ? Non, juste choquée du shot de vodka à 8,50€ dans certains lieux « cools » de Paris).

Bref, ce n’est pas mon premier festival sous la Pluie (non, non, moi les deux fois où je suis allée à Solidays, il a fait beau, je ne parlais pas de ce festival !), mais heureusement que l’ambiance de la ville et la présence de gens super sympathiques autour de moi ont préservé ma volonté de jumper tout au long de la nuit, malgré mon sweat trempé.

Ah, le Printemps de Bourges… Après 20 minutes de queue sous un soleil resplendissant (oui j’ironise, là), on a fini par franchir la barrière de sécurité en trichant un peu et se réfugier dans la salle où les Naive New Beaters ont enflammé leur public. Je n’émettrais pas d’avis négatif concernant la prestation puisque plusieurs personnes ont aimé autour de moi. Je pense que pour ma part, mis à part les costumes que j’ai bien aimé, j’ai pas vraiment été dans le mouv’, donc je me suis un peu ennuyée. J’ai pas non plus vraiment accroché avec le set de Miss Kittin, et ni celui des Ting tings. J’ai l’air super négative jusqu’à là, mais ce n’est qu’un début :). Non pour ces trois premiers groupes, j’aurais aimé mieux les apprécier, mais je n’ai vraiment pas été convaincue par la prestation. En revanche, j’attendais énormément du concert de Ghinzu.

Sans_titre
j'adore cette photo que l'on voit sur le site www.ghinzu.com

Cela faisait environ deux heures que je gonflais tout le monde, car j’avais décidé de me mettre au maximum troisième rang pour Ghinzu. J’aime me mettre devant pour les concerts qui m'intéressent pour profiter à fonds. Certaines personnes trouvent cela maso, débile et inutile. Moi je pense que ça se défend, mais c’est ma façon d’apprécier encore plus un concert. J’aime la promiscuité avec le groupe, j’aime les voir jouer de près (pédales d’effets, oh oui  !), j’aime regarder la marque des amplis (Orange pour le bassiste de Ghinzu), j’aime les mouvements de foule du public, j’aime être entourée de gens qui sont à fonds, j’aime faire la bise à Mouss de Mass Hysteria à la fin du concert et repartir avec un bout de baguette du batteur (oui, ça, ça fait déjà 6 ans, mais on n’oublie rarement son vrai premier concert). Enfin, pour en revenir à Ghinzu, ben rien ne s'est vraiment passé comme je le souhaitais. Le chanteur (seul rescapé du groupe d’il y a trois ans) avait l’air méga saoulé dès le début. Faut dire que pendant qu’il jouait, il pleuvait sur son piano. Mais, c’était pas la peine de faire la gueule à ce point, Ghinzu on en parlait avant comme un groupe de scène, et là clairement, ben au début c’était un peu limite. Bon, j’ai fini par déserter mon troisième rang difficilement acquis suite à l’arrivée d’une bande de conn*rds qui avait décidé de défoncer la barrière de sécurité, et par la même occasion, les gens autour. En général, je ne bouge pas quitte à me prendre un coup de coude dans l’œil (véridique), mais le son était tellement pourri que nous (mon acolyte de concert, Monsieur Poulet, et moi-même) avons décidé de nous déplacer vers le milieu de la fosse pour voir si le son était de meilleure qualité. En fait, non. Comment on peut avoir un son aussi dégueu en concert ? Comment peut-on laisser une acoustique aussi faiblarde, avec un son de basse complètement saturé et aucune sortie au niveau de la voix et du piano ??? Bref, pour faire court, la déception de la soirée.

HEUREUSEMENT, la soirée Electro a tenu vraiment ses promesses ! Etienne de Crécy et son cube, complètement magique. Un vrai bonheur pour les yeux et pour les oreilles. Un effet héroïne sur le corps, génial, tout le monde danse dans un seul mouvement, vous ne savez plus si vous avez deux bras, deux jambes, deux mains, tout se balance, tout saute dans tous les sens. C’est la seconde fois, où je vais à un concert où mon corps réagit plus que mon cerveau. Mon premier ce fut pour !!! à Solidays, et ça, Madame, Monsieur, ça ne s’oublie pas ! Un show visuel dément, Etienne de Crécy au milieu d’une tour de 6m de haut et 6m de large composée de 8 cubes qui changent de couleurs et de profondeur au son des beats. Loooove it.

Yuksek a bien enchaîné, méga jump sur le Tonight, j’adhère, j’adore. Set vraiment sympa, voix faites en direct, ambiance survoltée. Bref, à revoir rapidement car vraiment cool.

Dommage que Birdy Nam Nam ait eu quelques problèmes techniques en début de concert, car la fatigue et la pluie ont eu raison de nous. On est resté, mais on a pas vraiment été convaincu, alors qu’on venait en partie pour eux. A retenter toutefois !

Rentrée au bercail à 5 heures du mat, on a terminé les petits fours et la brioche, pris une bonne douche bien chaude über nécessaire vu nos odeurs respectifs, et dodo directos dans des draps bien propres (non, ça va, j’ai pas trop été à l’étroit).

Remerciement à tous ceux qui me supportent en concert et qui m’ont conviée à partager le Printemps avec eux. Pas remerciement au gros c*n qui m’a défoncé l’épaule au début de Ghinzu, eh oui, c’est moi qui t’ait écrabouillé le pied non stop, sans me dénoncer, je sais c’est lâche, mais t’avais qu’à pas me défracter ma fragile épaule deux minutes avant.

 


Commentaires sur Les 3 P : Petits Fours, Pluie et Printemps de Bourges

Nouveau commentaire