18 mars 2009

Ci-gît Giorgio de Chirico

J'ai vraiment du mal à être à la page en ce qui concerne les expositions, du coup je les visite bien après tout le monde. De toute façon, je ne vais pas voir des expositions pour pouvoir ensuite dire, "oui, oui j'y suis allée" mais plus pour moi, pour me faire plaisir. C'est pourquoi dans la catégorie Art - Artiste je parlerais souvent d'expo dont tout le monde a parlé... il y a deux mois. C'est pas très cool, mais qui a dit que j'étais cool ?


Bref, petit blabla introductif, pour vous dire que je suis (enfin) allée voir l'exposition Giorgi de Chirico au Musée d'Art Moderne de Paris. J'avais lu un article pas mal dans le magazine l'Oeil et j'avais envie de découvrir par moi-même le personnage.

Quand on lit les biographies light de sa vie, ça donne : « après avoir connu une période artistiquement développée et très poussée dans la notion de surréalisme, Chirico semble avoir gâché son talent au revenant vers des notions plus classiques et en reproduisant ces anciens tableaux, s’éloignant ainsi de ce qui l’avait fait connaître et apprécié des artistes de son époque ». Je le traduirais plutôt par : après avoir connu une période artistiquement développée et très poussée dans la notion de surréalisme, Chirico a décidé,  comme ça, de dire fuck à ses anciens potes surréalistes en menant sa barque là où il le souhaitait, en se faisant plaisir, en s’exerçant au classicisme politiquement très douteux. Bref, ce fut vraiment une connerie le « Pictor classicus sum », sauf au niveau de son porte-monnaie.

La réaction des surréalistes a l’adhésion de Chirico au Novecentro, mouvement artisitique italien coordonné parla critique d'art Margherit Sarfatti, collaboratrice de Mussolini (pas la peine de faire un dessin, je pense), a été assez percutante puisqu’ils ont décidé d’organiser une expo de la période métaphysique de Chirico intitulé « Ci-gît Giorgio de Chirico ».

 

Clairement, sa période surréaliste est quand même très riche, et surtout tout ces travaux sur les mannequins, comme Hector et Andromaque.

 

Hector_et_Andromaque___1927

 


J’adore son autoportrait en toréador.

 Torero

Dernier tableau que j’ai beaucoup aimé, Le retour d’Ulysse.

 Ulysse

Il paraît que c’est un autoportrait porté en dérision. A 80 ans, on se dit qu’il avait peut être réalisé un truc.


N.B : l’exposition est très bien menée, mais c’est tout de même dommage qu’il faille aller sur Wikipedia pour savoir pourquoi Chirico est passé au classicisme.

Posté par Chickchickpea à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Ci-gît Giorgio de Chirico

Nouveau commentaire